La Maison à travers le temps

La maison à travers le temps

1881

  • Construction de la maison par le frère Joseph Moffet aidé des autres frères Oblats de Marie-Immaculée dont le Père C.A.M. Paradis.  La première messe à la Baie Kelly (Baie-des-Pères/ Ville-Marie) y est célébrée. Cette maisonnette sert à loger les travailleurs de la future ferme des Oblats.  Le frère Moffet l’utilise lorsqu’il ne peut retourner à la  Mission Saint-Claude.

    Dès son arrivée à la Mission Saint-Claude, berceau de la présence des Oblats de Marie Immaculé au Témiscamingue, en 1872, le frère Moffet est le tout premier à pressentir  le potentiel agricole de la région. Il sème la première poignée de blé à la Baie-Kelly, actuelle Ville-Marie, en 1879, ce qui mènera ultimement au premier mouvement de colonisation de la région du Vieux-Témiscamingue.

1882

  • Construction de la ferme des Oblats à la Baie-des-Pères. Cette ferme engagera les premiers colons du Témiscamingue. C’est avec un salaire parfois à perte, répondant à peine à leurs besoins, que les Oblats tentent de les encourager dans l’établissement de la nouvelle colonie.
    Cette ferme produira beaucoup de denrées qui seront vendues aux colons, aux compagnies forestières et sur les marchés ontariens. Elle était située à l’emplacement actuel du Palais de Justice de Ville-Marie.

1908

  • Fin de la construction et ouverture du pensionnat de Ville-Marie. Premier déménagement de la maison du Frère-Moffet qui deviendra alors un hangar pour une certaine période.

1930

  • La maison est habitée par la famille Labrecque dont le père est le concierge du pensionnat. Le documentaire «Clara et la Maison des Oblats» retrace l’histoire de cette famille.

1936

  • La maison est laissée à l’abandon et on songe à l’incendier pour s’en débarrasser.

1949

  • La Société d’histoire du Témiscamingue (SHT) est fondée. Elle se donne comme premier mandat, la préservation et la conservation de la Maison du Frère-Moffet, qu’elle acquiert pour le montant symbolique de 1$.
Photo : SHT

1952

  • La SHT commence la cueillette d’artéfacts pour fonder le musée de la MFM.

1954

  • Pour la protection de la MFM, M. Larouche refait le bardeau de cèdre et le plancher, enduit la maison de stuc et la peint. On procède ensuite au 2e déménagement de la maison qui se trouve à l’emplacement de l’actuelle l’Auberge Ville-Marie. On rapatrie aussi les restes du Frère-Moffet qui seront alors inhumés sur le côté de la maison.

1957

  • La SHT peine à organiser le musée. La MFM sert alors d’entrepôt pour ses artefacts.

1973

  • Au 3e déménagement, on transporte la MFM derrière l’hôpital au bord du ruisseau. La mairie décide de la laisser à l’abandon, n’y trouvant aucun intérêt. Les restes du Frère-Moffet sont désormais inhumés au cimetière de Ville-Marie, avec ceux des autres O.M.I..
Photo : SHT

1978-1979

  • Au 4e déménagement, la MFM, est déplacée derrière l’école Frère-Moffet. La maison, qui est maintenant classée Monument historique, est déménagée une 5e et dernière fois. Elle y subira sa 1ere restauration à son emplacement actuel, qui se trouve à l’ouest de l’école Frère-Moffet.
    On prépare l’ouverture du musée.

1980

  • Ouverture au public de la MFM sous le nom Maison du Colon, début de la vocation muséale.
Photo : SHT

2002

  • Deuxième restauration de la maison et création de l’exposition permanente « De la Terre et des Hommes« .

2003

  • La Maison du Colon devient la Maison du Frère-Moffet.

2009

  • Son innovation et son dynamisme sont soulignés, alors que la Maison du Frère-Moffet reçoit le titre de lauréat régional « Attractions 100 000 visiteurs et moins ».

2015

  • Une subvention est accordée pour une 3e restauration de la MFM.

2016

  • Le 11 août, on inaugure un buste en bronze du Frère-Moffet, réalisé par l’artiste international originaire de Ville-Marie (Témiscamingue), M. Philippe Scrive.
Photo : SHT